Œuvre

Haendel dit qu'il ne composera rien l'hiver prochain. Mais j'espère pouvoir le persuader de mettre en musique une autre collection de textes bibliques que j'ai réunis pour lui, et de la faire jouer à son avantage pendant la Semaine sainte. J'espère qu'il y consacrera tout son génie et son savoir, que la composition surpassera toutes ses précédentes, comme l’objectif surpasse tous les autres. L’objectif est le Messie.

Charles Jennens an Edward Holdsworth,
10. juillet 1741

Le Messie est un oratorio et comme tel obéit à certaines règles, parentes de celles du théâtre. Il cherche à éveiller notre intérêt pour une histoire dramatique dont il présente les événements. Une remarque toutefois: le Christ, héros central et unique de cette action, n'est jamais présenté directement. A part deux courts fragments narratifs, le texte utilisé n'est pas celui des Evangiles. Le livret donne la parole aux prophètes, à saint Paul, à saint Jean de l'Apocalypse. Tout tourne autour d'un personnage qui ne nous est jamais montré. Contrairement aux grandes passions luthériennes, l'aventure humaine du Christ souffrant n'est pas le sujet unique du chef-d’œuvre de Haendel. Il s'agit plutôt d'une méditation religieuse sur l'intervention du Dieu rédempteur dans la vie de l'homme. Le Messie se divise ainsi en trois parties, chacune porteuse d'une action dramatique indépendante. Le Messie relève autant de la liturgie que du théâtre. Un discours musical de trois heures, divisé en scènes, ponctué par l'éclat de grandes chorales, nous communique l'essentiel de ce que nous devons savoir et vraiment comprendre de notre salut. Une première partie nous explique l'ordre divin, la paix de la brebis au sein du troupeau, la légèreté du joug du Christ. Elle culmine sur l'image de la Nativité. En contraste, la seconde partie est toute de violence. Elle nous parle de l'indicible douleur du Christ qui s’est sacrifié pour nous, du rejet de l’ordre divin, de la révolte et du combat, pour se terminer sur le cri de victoire du célèbre Hallelujah. La dernière partie nous concerne plus directement encore; c'est notre propre mort qui est dépassée et comme niée par la victoire de l'Agneau. Il ne reste plus qu'à chanter la bénédiction et la félicité de l’Amen.

Le Messie de Haendel est plus qu'une simple œuvre musicale; c'est un monument de la culture occidentale qui a, dans les deux siècles et demi depuis sa composition, obtenu un statut mythique.

Download Libretto Messiah (pdf)

by moxi